De Rêves en Livres…

Interview H.V. Gavriel

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle H.V GAVRIEL, enfin c’est mon nom de plume. J’écris des romans M/M, c’est ma passion. Pas encore mon activité principale, hélas. Entre un métier très prenant, et une vocation envahissante, l’ équilibre est parfois difficile à trouver. Disons que mes journées et une partie des mes nuits sont très largement remplies ! Que vous dire d’autre… je suis une femme, je suis mariée, et je ne vous dirais pas mon âge, c’est quelque chose de très intime entre mon miroir et moi que nous ne divulguerons pas.

Que signifie H.V dans votre nom ?

Et bien, disons que le H c’est moi, le V un personnage de roman qui a conduit mes pas vers le M/M, et GAVRIEL, c’est une référence à mon ange personnel, celui qui veille sur moi avec amour (et beaucoup de patience) depuis des années.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire de la romance gay en étant une femme ?

Je me pose encore la question. Je me suis souvent sentie différente des autres, pour diverses raisons, et observer les interactions, les comportements face à la différence me fascine. Vivre en étant différent est à la fois une souffrance et une richesse, et l’homosexualité est une différence, dans une société hétéro-normée (pour ceux qui l’avait oublié, les slogans parfois haineux des manifestants contre le mariage pour tous ont du être une cruelle piqure de rappel !). J’ai vu la difficulté d’être de certains ami(e)s gays, je me suis émue de la nécessité encore aujourd’hui, en 2013, d’associations comme Le refuge. Mais pour autant, je n’ai jamais imaginé écrire un jour de la romance gay. J’ai découvert les romans M/M, et j’ai aimé, mais pour autant, je n’ai jamais envisagé d’en écrire. Et puis un matin, pas si lointain (courant 2012) je me suis réveillée avec un personnage dans la tête. Touchant, exaspérant et incontestablement gay. Durant des jours et des nuits, il m’a harcelé. Il me chuchotait des choses à l’oreille quand j’essayais de travailler, m’infligeait ses dialogues avec les autres personnages quand je me lavais les dents ou que je me douchais, me livrait ses ébats XXX pendant que je conduisais ou que je faisais la vaisselle ! J’ai craqué, et j’ai couché sa vie sur le papier. C’était mon tout premier manuscrit (non publié à ce jour). Depuis, je n’ai plus arrêté d’écrire, pas le temps de finir une histoire qu’une autre me vient à l’esprit, je suis littéralement vampirisée par de nouveaux personnages. Tous des beaux mecs très très gays.

Que conseilleriez vous à celui ou celle qui voudrait se lancer dans l’écriture ?

D’abord, de s’assurer que c’est bien une envie profonde, et pas un effet de mode, une lubie aussi vite surgie que vite disparue, comme quand on décide de se mettre au tricot parce qu’on touche un pull moelleux, ou de s’inscrire au cours de body combat à la vue d’un bourrelet disgracieux ! Parce qu’écrire, c’est certes plaisant, fascinant, jouissif et parfois catharsique, mais c’est aussi une activité qui vous pompe votre énergie et votre temps, et peut nuire gravement à votre vie sociale (écrire ou sortir, il faut choisir !). Ensuite, il suffit d’oser. Sans se laisser intimider, sans chercher à imiter les autres, sans se soucier des codes, des règles ou des méthodes, et sans chercher à plaire. Avant tout, on écrit pour soi. Pour s’amuser, ou se venger, se libérer ou juste pour raconter une histoire, peu importe. Ce n’est qu’ensuite, une fois l’histoire finie, que l’on peut commencer à rêver de la faire partager à d’autres (et c’est à ce moment là qu’il faut parfois sérieusement retravailler son texte !)

Pourquoi Nice dans vos récits, est-ce une ville que vous affectionnez ou y vivez vous ?

C’est ma ville natale, et je l’adore. Comme Bastien quand il y vient pour la première fois, j’ai la Baie des Anges gravée dans le cœur. Et les larmes aux yeux quand j’entends Nissa la bella (et pourtant, je n’aime pas le foot) Mais tous mes récits ne s’y dérouleront pas…

Je présume que vous lisez du M/M, dans ce cas quel est l’ouvrage qui vous a le plus marqué ?

Je lis effectivement beaucoup de M/M, j’adore ça. L’ouvrage qui m’a le plus marqué ? La trilogie du dernier Héraut Mage, de Mercedes Lackey. Pas parce que c’était le meilleur, loin de là, mais parce que c’était la première romance (fantasy) que je lisais centrée sur un personnage homosexuel. Parce que Vanyel m’a touché. Et parce que c’est grâce aux discussions sur ce livre que j’ai découvert à la fois les mangas yaoi, et les romans M/M. C’est donc ce livre qui m’a amenée aux romans M/M. Il garde de ce fait une place à part, de par son influence sur mes lectures, mon écriture, et donc ce qui fait ma vie depuis quelques années, même si depuis d’autres romans M/M, ou gays, m’ont marquée, émue ou bouleversée.

Quel est votre secret pour écrire des personnages si vrais ?

J’observe énormément ce qui se passe autour de moi, je suis toujours curieuse des gens, de leur vie, de leurs attitudes et de ce qu’ils peuvent ressentir. J’écoute les couples parler au restaurant, se disputer dans la rue, ce que les gens me disent et ce qu’ils ne disent pas. J’absorbe tout comme une éponge, les petits évènements quotidiens, les scènes dans la rue, les faits divers. Tous ces petits riens, ces faits, ces ressentis, je les range dans un coin de ma tête, ils se mélangent, et un jour il en ressort un scénario, des personnages. Et puis j’ai de l’empathie envers les autres, je me mets facilement à leur place, j’imagine ce qu’ils peuvent penser ou ressentir dans telle ou telle situation, je fais ça depuis que je suis petite. Ça aide ! Pour moi, la vraisemblance des personnages est essentielle. C’est autour d’eux que se construit l’histoire, et l’ambiance du roman, le scénario évolue en fonction de leur personnalité, de leurs réactions… ils me conduisent parfois loin de ce que j’avais prévu au départ ! Mon imagination leur donne vie, mais ils la vivent ensuite à leur façon, et je n’ai plus qu’à faire avec …. Je me sens devant mes personnages un peu comme une maman devant ses enfants ado qui commencent à prendre leur indépendance !

Avez vous des petites manies d’écritures ?

Pas vraiment. J’écris essentiellement chez moi, sur mon ordinateur, au bout de la table du living. Parfois à la pause déjeuner au bureau (chuuut). Il m’arrive aussi de me contenter d’un stylo bille et d’un cahier à spirale, mal installée sur une chaise longue quand je suis en vacances, c’est comme ça que j’ai écrit un bon tiers du Journal d’une robe noire, entre une baignade, un apéro, une séance d’aquagym (la zumba, trop dur pour moi, j’ai craqué au second cours, tous les profs ne ressemblent pas à Janko !). Je préfère le silence, mais les choses étant ce qu’elles sont, j’arrive à travailler aussi avec le bruit de la télévision en fond sonore, la perceuse du voisin, ou de la musique (J’aime la musique, mais parfois, j’aspire tellement au silence qu’elle me fait le même effet que la perceuse du voisin ! Je crois que j’adorerais me retirer dans un monastère quelques semaines pour être tranquille). Et de préférence, il me faut une tasse de café à portée de main, ou du thé. Mais en cas de nécessité, je peux me contenter d’un coca light ou d’un verre d’eau. Donc, non, pas vraiment de petites manies.

Quels sont vos prochains projets d’écritures ?

J’en ai plein, sans doute même un peu trop par rapport au temps que je peux y consacrer ! Mais j’aime bien les défis. J’ai au moins deux romans M/M en cours d’écriture, l’un assez avancé, plutôt grave, l’autre à peine entamé, plutôt humoristique, que je réserve aux Editions Textes Gais. Je profite d’ailleurs de l’occasion pour remercier mon éditeur, Pédro Torres, un homme délicieux, passionné par son métier, qui m’a fait confiance et m’a donné ma chance. J’ai la plume vagabonde, mais le cœur fidèle. Il faudra quand même attendre quelques mois avant la sortie du prochain livre.
Pour faire patienter mes lecteurs, j’ai pensé à un petit cadeau surprise, avec la complicité de Pédro, j’ignore encore si ça va pouvoir se faire…
Et puis, j’ai encore un autre projet, un beau et ambitieux projet, que j’ai signé avec la maison d’édition Bragelonne-Milady. J’en suis très fière. Inquiète aussi, c’est un sacré challenge et encore beaucoup de travail pour moi, mais je suis ravie. Je ne peux pas vous en dire davantage pour le moment, il va falloir attendre encore un peu pour en savoir plus.
Ça nous donnera l’occasion de nous revoir !

Qu’aimeriez vous dire à ceux qui vous lisent ?

Merci, continuez, et faites moi de la pub !! (rires). Non sérieusement, merci du fond du cœur. Merci d’acheter mes livres, de lire mes histoires, ça me paraît encore incroyable quand j’y pense. Merci de les aimer, et de le faire savoir. Vous ne pouvez pas imaginer le bonheur que c’est pour un auteur débutant comme moi de lire de bonnes critiques. Ça me donne des ailes !! D’ailleurs, merci à vous Toshokan, pour les deux superbes critiques que vous avez écrites sur mes romans. J’ai failli percer les tympans de mon mari tellement j’ai piaillé de joie, et j’ai aspergé le sol de café en sautant partout comme un ludion, c’est dire !! Bon, j’imagine qu’une mauvaise critique peut également être constructive et fructueuse s’il y a des leçons à en tirer, mais … cela demande une maitrise de soi et une maturité que je ne suis pas sûre d’avoir ! Heureusement que je n’en ai pas vu beaucoup (et pourvu que ça dure !)
Et merci encore à tous ceux qui me lisent, et qui commentent, de parler de Bastien, Théo, Justin, Janko, Drama queen et les autres comme s’ils existaient vraiment: qu’ils vous amusent, vous attendrissent, vous touchent, ou vous exaspèrent, que vous vouliez les embrasser, les adopter, ou leur mettre un coup de pied au c… , vous les maintenez en vie. Et c’est une incroyable sensation que de voir mes bébés continuer leur chemin grâce à vous.
Vous me donnez l’énergie de continuer à écrire.
Merci

Tagué: , , ,

9 Réponses »

  1. Superbe interview et c’est génial d’en apprendre plus sur l’auteur qui m’a fait rire et pleurer avec Journal d’une robe noire. Pour moi une vraie petite perle ce titre. J’ai acheté Justin love et j’attends ce week-end pour le dévorer. J’ai hâte de découvrir ses prochains titres… (>_<)

  2. Salut,

    Je viens de voir sur Amazon qu’elle avait sortie une petite nouvelle ; Un cadeau de Noël.
    Comme nous sommes tous fans cet auteur cette petite histoire risque d’être un délicieux cadeau.

    http://www.amazon.fr/Un-cadeau-No%C3%ABl-Romance-gay-ebook/dp/B00HEOLZU4/ref=wl_it_dp_o_pC_nS_nC?ie=UTF8&colid=S1MXQDYQQJLH&coliid=I1585YNZFBJC4B

    • Oui elle m avait prévenu j en ai parlé sur la page Fb du blog mais pas encore eu le temps de la mettre sur le blog à cause de mon opération

      • Pas de soucis, j’espère que ton opération c’est bien passé. Quand à moi, je ne suis sur aucun réseau sociale. Donc à part ton blog, je ne verrais pas l’info ailleurs.
        Je te souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et un prompt rétablissement.

      • Oui ça s est bien passé merci
        Sinon je vais mettre mon avis sur la nouvelle dans la journée et sur d autres livres lol je rattrape mon retard
        Joyeuses fêtes de fin d année

  3. Enfin je sais que mon auteur préféré de M/M est une femme! Cool! J’adore ce qu’elle fait et le journal d’une robe noire reste à ce jour mon oeuvre favorite dans cette catégorie… Très chouette interview et si d’aventure elle passe près de Toulon, j’adorerai avoir une discussion avec elle autour d’un verre!;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :