De Rêves en Livres…

Le Sm ou Sadomasochisme …

Humm abordons donc de manière générale ce sujet brûlant ^^ de manière à en apprendre plus…

sm

définition :
Le sadomasochisme est un jeu qui combine des activités de sadisme et de masochisme chez le même individu. Il Désigne aussi la relation entre personnes qui partagent des activités de sadisme et de masochisme. (autres termes : rapport hard ou SM)

Masochisme est un néologisme créé par le sexologue Krafft-Ebing dans son encyclopédie « Psychopathia Sexualis » à partir du nom de Sacher Masoch, écrivain autrichien, auteur de « La vénus à la fourrure ».
Il désigne un penchant pour la souffrance, toute forme d’asservissements, d’infériorité envers son partenaire de jeu. L’auto-masochisme est une douleur infligée volontairement pour éprouver une certaine forme de plaisir. Nous trouvons de nombreux exemples d’auto-masochisme dans les rites des sociétés primitives ou même modernes : planches à clou, auto-flagellation, piercing, tatouages, brûlures et scarifications…
L’oreille que Vincent van Gogh a mutilé est un bel exemple d’auto-masochisme non génital mais éminemment sexuel…

Pour le soumis : la soumission est parfois un antidote à l’exercice trop pénible de la liberté ou de la responsabilité civile ou économique. Notre société basée sur l’argent et le pouvoir est, d’une certaine manière, esclavagiste. Les jeux masochistes ont l’avantage d’être ritualisés et collectifs. Cela implique que la violence est gérée aussi bien par les rituels eux-mêmes que par le nombre de gens en présence.

Concernant la douleur : l ’algophilie est un néologisme créé par Schrenck-Notzing désignant une excitation sexuelle induite par de la douleur. Les algophiles ne sont pas forcément sadomasochistes. Dès 1953, Kinsey démontrait que 50 % des personnes interrogées admettaient la possibilité d’être excité par des morsures. Les griffures, suçons et autres écorchures sont fréquents lors de rapports passionnés et dynamisent le dit rapport.

Au sujet de la domination : Maître (associé à Top/Dominant en anglais) est un terme SM pour désigner celui qui dirige ou règle le déroulement du jeu ou de la séance hard de soumission-domination. c’est un terme à la signification plus large que celui de sadique qui désigne celui que la souffrance d’autrui excite.
Un maître peut exiger de son esclave qu’il mange proprement dans son écuelle sans trop frétiller de la queue et préfère généralement infliger une punition que faire mal.

Au sujet du sadisme : le sadisme, issu du nom du marquis de Sade, est le plaisir de faire souffrir, par extension, tout acte méchant. Un véritable sadique ne se préoccupe pas de savoir si sa victime prend du plaisir ou non, pour lui seul compte sa propre satisfaction. Le sadisme est un jeu qui consiste en pulsions, fantasmes et comportements impliquant la recherche et l’obtention d’une excitation sexuelle par des activités réelles et non simulées causant de la souffrance physique ou psychologique à autrui (ex: humilier, battre, attacher, etc.).

Le SM s’est fortement développé à la fin du siècle dernier. Du SM mondain de la fin du XIX ème siècle au développement du mouvement hard gay des années cinquante, ces pratiques, à l’époque peu visibles, étaient souvent réservées à une génération « sexuellement expérimentée » et à des catégories socioprofessionnelles élevées désireuses de repousser ses limites. Le notaire marié de province, s’encanaillant à Paris dans une garçonnière secrète, était un classique SM.
Aujourd’hui le Sm a vitrine sur rue grâce à sa généralisation via des romans ou des films.
Le très connu Fifty Shades aborde ce sujet mais de manière tout de même assez « soft ».
Nous assistons à un véritable phénomène de mode…

Bien des fantasmes circulent au sujet du SM et du monde cuir. Pourtant, comme le disent ses adeptes, ces pratiques sont avant tout des expériences librement consenties entre deux ou plusieurs partenaires. Ce plaisir, qui peut être très « cérébral », n’a rien à voir avec une agression ou un viol mais relève plutôt de la découverte de nouvelles sexualités. La critique, souvent légitime de non avertis sur des trips basés sur l’esclavage, l’utilisation ou l’exploitation (en groupe) d’un soumis reste un cadre érotique où les règles sont strictes et doivent respecter l’individu et son plaisir. Il est malvenu d’exploiter les faiblesses ou la mauvaise estime de soi d’un partenaire. Pour les personnes SM, la confiance est donc un préalable indispensable qui permet de se laisser aller et de se donner.
Ce jeu accentue considérablement les sensations et renforcent les liens qui unissent les deux partenaires. cela lève les inhibitions.
Les rapports SM permettent de transposer son désir sur celui de son dominant qui ordonne ses propres désirs :
– La domination peut s’exercer à travers la douleur physique ou mentale. Elle permet de restaurer un sentiment de sécurité et bien souvent d’estime de soi chez un partenaire angoissé.
– La soumission, encore plus que la douleur, crée un état euphorique ;
– L’abdication temporaire de toute responsabilité, de toute volonté permet sans aucun doute pour les adeptes d’accéder à un autre niveau de conscience. Ceux qui culpabilisent face à leur comportement sexuel se sentent délivrés par la soumission, puisqu’ils ne sont aucunement responsables de leurs actes
– La soumission complète demeure, pour certains, le moyen d’exprimer leur amour. Il arrive que le jeu devienne une extrapolation de la réalité. Celui qui se sent infériorisé dans son travail pourra soit perdurer cet état, soit le contredire en devenant dominant. Le jeu sexuel permet alors de pallier à une souffrance quotidienne.

Les jeux SM font partie des jeux sexuels demandant le plus de préparation. Ils nécessitent une grande énergie physique et mentale. Ces pratiques sont souvent associées à un sens de l’esthétique poussé, dans le cadre (préalablement défini) des limites de chaque partenaire. Ces limites doivent être respectées et cette remarque vaut aussi bien pour le dominé que pour le dominant. Ne doit pas pratiquer le SM, toute personne non prête mentalement.

Tagué: , , ,

13 Réponses »

  1. Un peu clinique, mais juste. Tu devrais peut-être développer un peu en te référant aux termes usuels, non ? Surtout pour les lecteurs non avertis. Mais tu as entièrement raison, la base de toute scène de BDSM (bondage, domination, soumission, masochisme) est le consentement entre deux adultes de même sexe ou non – ou plusieurs. Il y a deux choses aussi à différencier dans ce monde : ceux qui le vivent au quotidien et ceux qui ne font que des scènes. C’est un monde très structuré, avec des règles bien établies et des échanges de contrats entre le Dom et le soumis… Bref un monde fascinant, même si on n’est pas dans la douleur !

    • tout à fait d’accord 🙂
      je développerai dans d’autres articles c’est prévu

      • Il y a un sujet qui m’étonnera toujours : dans tous les grands hôtels du monde, on sait que les portiers d’hôtels peuvent « recommander » des prostitué(e)s chez qui on peut aller ou qui viennent dans la chambre d’hôtel.

        Ce qui reste caché c’est le SM. Or ces mêmes portiers, savent très bien que des tenues vestimentaires des clientes évoquent sérieusement le SM (collier à anneaux, bracelets noirs, tenues moulantes évocatrices, etc.).

        Encore davantage caché : les client(e)s qui cherchent un(e) dominateur (trice) pour une soirée sado-maso pimentée.

        Evidemment, il faut que la confiance y soit : recommander quelqu’un qui vous attachera et fouettera n’est pas rien.

        Je le sais puisque j’en reçois de temps en temps (2-3 fois par an, pas plus) recommandés par les accueils de ces grands hotels.

        Et pourtant cela reste très secret. Mystère.

        GC

      • La vie est ainsi faite de mystère et de choses parfois incompréhensibles. Mais ça ne m’étonne pas pour les portiers 😉

        Éric

  2. Je ne veux pas faire de publicité ! J’ai aménagé ma salle SM il y a 12 ans,dans laquelle des soumis(e)s viennent assouvir leurs demandes maso sous mes pulsions sado (chouette pour moi). Je ne suis pas un pro mais un passionné pour le live surtout

    Je donne mon expérience dans

    yanncom.canalblog.com

    et dans

    http://www.bdsm.fr

    Mes articles sont signés GC

    Merci pour les 2 articles ci-dessus qui sont super

    GC

  3. Je vais aller voir cela en détails… et te donnerai mon avis
    merci encore

    GC

Rétroliens

  1. Qu’est ce que le Bondage ? | Toshokan

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :