De Rêves en Livres…

Interview D.W Marchwell

Tout récemment est sorti chez Dreamspinner Press le second tome de la série Bon à Savoir : Un Avant-goût de Paradis de D.W Marchwell.
Je ne pouvais faire autrement que pratiquer une interview pour en apprendre plus sur cet auteur de talent
Vous pouvez le retrouver sur son site internet : D.W Marchwell
Et il parle français 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1 Pouvez vous vous présenter pour vos lecteurs potentiels qui ne vous connaitraient pas encore ?
Je m’appelle D.W. (David) Marchwell et je suis écrivain qui habite au Canada, dans la province de l’Alberta qui se trouve à l’ouest du pays. Je suis aussi enseignant, depuis 30 ans, dans un programme qui s’intitule « L’Immersion française » dont le but est de promouvoir le bilinguisme en offrant une formation en français aux élèves anglophones. J’ai appris mon français à l’école mais n’avais pas l’avantage d’un tel programme. Mais, heureusement, j’avais de très bons profs et également le désir de pouvoir parler les deux langues officielles du Canada.

2 Comment vous est venu le goût d’écrire ?
J’avais toujours le goût d’écrire. J’étais ce type d’enfant qui se cachait dans le coin en créant des mondes et des personnages fantastiques et des situations qui m’intéressaient. J’ai plusieurs soeurs et frères, et je cherchais toujours la solitude que la lecture et la créativité m’offraient.

3 Qu’est ce qui vous a fait sauter le pas d’être publié ?
Je vous offre la version courte: J’ai découvert, durant mon adolescence, qu’il existait des histoires dont les personnages principaux étaient homosexuels. Mais, ces histoires n’avaient pas de « fin heureuse » pour ces personnages. Il y a quatre ans, j’ai encore découvert un genre d’histoire pour les homosexuels, mais cette fois-ci, les couples sont restés ensemble, il n’y avait aucune mort et les personnages gays ne se détestaient pas. À ce moment, après avoir découvert le nom de la maison Dreamspinner Press, la maison qui me semblait « célébrer » les fins heureuses pour les homosexuels, je voulais en faire partie.

4 Comment avez vous effectué votre recherche d ‘éditeurs ?
Après un an passé à lire chaque histoire qui m’interpellait, je me suis rendu compte que les histoires qui m’attiraient étaient publiées par Dreamspinner Press, et, j’ai aussi découvert que cette maison d’édition offraient toute une gamme que je n’avais pas trouvé ailleurs. Donc, Dreamspinner me semblait comme le meilleur choix. Et, je continue à acheter toutes mes lectures chez Dreamspinner!

5 Parlez nous de votre série Bon à Savoir, son univers, son inspiration..
J’avais 19 ans quand j’ai commencé à « jouer » avec une idée. Je voulais écrire une histoire traitant un concept quasiment du jamais vu en 1982: Deux hommes qui s’aiment, un enfant seul et abandonné, les trois venant ensemble pour devenir une famille. L’histoire a subi de changements au fil des ans, mais l’idée central reste toujours inchangée. Il s’agit de deux hommes et un garçon qui se trouvent et qui, malgré les obstacles, apprennent que la famille n’est pas toujours définie par la génétique.

6 Comment en êtes vous venu à écrire du M/M ?
J’ai toujours voulu écrire les histoires du M/M, tout simplement parce que je voulais les fins heureuses. Ces histoires aux années 80 et même 90 ne les avaient pas, donc, après avoir découvert Dreamspinner, j’ai pris la décision de renouveler mon intérêt en M/M.

7 quel livre vous a le plus marqué ?
Le livre qui m’a le plus marqué n’est pas nécessairement du genre M/M, mais il s’agit, de toute façon, d’un homme angoissé et perdu qui apprend – durant quelques semaines vers la fin de sa vie – que le grand amour qu’il attendait était toujours de son côté et il n’avait qu’à ouvrir ses yeux. L’histoire s’intitule « Halfway Home » par Paul Monette.

8 Si vous étiez un des personnages de votre série lequel seriez vous ?
Charlie Kirby, le personnage principal du roman « Sins of thé Father ». Comme lui, je suis enseignant au niveau lycéen et mon mari est aussi mort à cause d’un accident inattendu. Et, comme Charlie, j’ai travaillé comme bénévole dans une prison en aidant les prisonniers à apprendre lire et écrire. Mais, certes, il y a aussi de grandes différences; par exemple, je n’ai pas perdu mes parents à l’âge de 17 ans et je n’ai pas (encore) fait la connaissance d’un homme comme James.

9 Si vous étiez une couleur laquelle serait ce et pourquoi ?
Si j’étais une couleur, je serais probablement un bleu foncé. Non seulement est-ce ma couleur favorite, mais elle me porte un calme intérieur. Pour moi, le bleu foncé représente le printemps, ma saison préférée.

10 Pour vous à quoi ressemblerait l’homme parfait ?
Pour moi. l’homme parfait n’est pas, en fait, parfait. Il démontrerait de temps en temps, comme tout le monde, un manque de confiance ou d’assurance mais ce qui le rendrait parfait, à mes yeux, sera sa capacité de l’admettre et de m’en faire confiance. Jerry, dans le roman « Bon à Savoir » en est un exemple parfait; il reconnaît ses faiblesses mais n’hésite pas à les admettre et il travaille à s’améliorer.

11 Avez vous des petites manies d’écriture ?
Je n’ai pas nécessairement des manies, mais je trouve que je travaille mieux si je suis bien organisé dès le début. Je veux dire que si je n’ai pas le début ni la fin bien en tête avant de commencer à écrire, je me trouverai bientôt perdu, et j’aurai besoin d’arrêter pour y réfléchir. Mais j’écris partout, je me sers de l’ordinateur le plus proche, j’écris à 8h00 aussi bien qu’à 23h00, et il n’y a pas d’endroit préféré

12 Où trouvez vous votre inspiration en général ?
Les histoires « de la vie quotidienne » m’intéresse et m’inspirent le plus. J’étudie les situations quotidiennes et j’y trouve de temps en temps une idée qui grandit et qui devient une histoire. En fait, toutes mes histoires sont basées dans la vie quotidienne. Même en regardant la télévision, je peux voir une émission qui me fait parvenir une idée pour une histoire. « Dingue de lui » – la version française de « Falling » – en est un exemple. Un jour, en regardant la télévision, il y avait une émission au sujet de bûcherons en Colombie Britannique, et après quelques heures, une histoire complète m’a apparu.

13 Quels conseils donneriez vous à celui qui voudrait se lancer dans l’écriture ?
Le conseil le plus important sera d’être certain(e)(s) que vous écrivez les histoires qui vous intéressent; ceux et celles qui liront vos histoires seront capables de « sentir » si vos histoires ne vous intéressent pas. Aussi, soyez certain(e)(s) de bien lire, non seulement les histoires du genre que vous aimeriez écrire, mais aussi les sites web des maisons d’édition que vous fréquentez. La majorité de ces maisons cherchent les histoires d’une longueur spécifique aussi bien que des thèmes spécifiques. Soyez certain(e)(s) de bien reconnaître si vos histoires seront bien alignées aux critères donnés.

14 Quel métier rêviez vous de faire étant enfant ?
Quand j’étais enfant, j’ai toujours voulu devenir enseignant. Ce n’est pas très sexy, ni extraordinaire, mais j’ai toujours voulu aider les enfants à mieux comprendre leur monde.

15 Quels sont vos autres projets ?
Au moment, je continue à développer quelques histoires du genre M/M. Je suis en train de réviser une histoire avant de la soumettre, et après cela, je continuerai à écrire les autres histoires pour lesquelles j’ai déjà un plan préparé.

16 Quelle est votre lecture du moment ?
Je lis – avec enthousiasme – un oeuvre de Andrew Solomon: « Far from the Tree: Parents, Children, and the Search for Identity ». Cet oeuvre traite les difficultés qu’ont les parents des enfants exceptionnels, soit un enfant handicappé, soit un enfant doué. Vous pouvez imaginer que je le trouve fascinant en tant qu’enseignant.

17 Un petit mot pour vos lecteurs ?
Merci. J’apprécie beaucoup tous les commentaires que j’ai reçus des lecteurs et des lectrices. Et merci à vous, Eric, pour m’avoir donné l’occasion de leur communiquer ce sentiment et mes meilleurs voeux.

Tagué: , , , ,

2 Réponses »

  1. J’avoue, je ne connais absolument pas ce genre de lecture. Je vois beaucoup/ j’en entends beaucoup parler et j’avoue que ça attise ma curiosité.

    En tout cas, merci pour cette petite interview 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :